Effectuer un comparatif d'Assurances Vie

  • Comparez gratuitement les offres de nos partenaires !
  • Des solutions et placements rentables quel que soit votre profil
  • Contact rapide avec des professionnels de votre région

Je compare

1decrivez votre besoin

Décrivez votre besoinen moins de 3 minutes

2recevez les devis

Recevez les devisdes assureurs près de chez vous

3choisissez simplement

Choisissez simplementla meilleure offre personnalisée

Pourquoi souscrire une Assurance Vie ?

Le contrat d’assurance vie est un contrat par lequel un assureur s’engage, en contrepartie du paiement d’une ou de plusieurs primes, à verser au souscripteur ou à un tiers un capital ou une rente en cas de vie ou de décès. C’est le produit d’épargne préféré des français car il répond à différents objectifs : faire fructifier son patrimoine financier, le transmettre ou encore se constituer un capital-retraite.

Outre sa fiscalité intéressante, cette assurance est relativement souple dans son fonctionnement, elle s’adapte à tous les profils d’épargnant. Un profil plus sécuritaire souhaitant disposer de son épargne à court/moyen terme, choisira un contrat monosupport, c’est-à-dire un placement en fonds euros qui, même s’il est de faible rendement (entre 3 et 4,5%), garantit le capital investi et les intérêts acquis.

Un profil plus sensible au risque, optera, quant à lui, pour un contrat multisupports qui permet de diversifier ses placements en fonction des opportunités des marchés financiers. Ce type de contrat donne accès aux fonds euros mais aussi aux OPCVM, actions, obligations, parts de SCPI etc. Son rendement à moyen/long terme, bien que plus risqué, est supérieur au contrat monosupport. La souplesse d’un contrat d’assurance vie réside également dans le choix du type de versement :

  • la prime unique versée à la souscription et pouvant s’élever à plusieurs dizaines de milliers d’euros, versement prisé dans les cas de préparation de succession
  • la prime mensuelle ou trimestrielle permettant de se constituer un patrimoine pour financer un projet à moyen/long terme ou pour s’assurer une retraite plus confortable
  • strong pour placer une rentrée d’argent exceptionnelle du type prime, héritage etc.

Autre argument de poids pour souscrire : votre épargne est récupérable à tout moment ! En effet, l’argent investi sur cette assurance n’est pas bloqué.

Quelle que soit la durée de votre contrat, vous pouvez toujours, à tout moment, retirer tout ou en partie votre épargne (soumis à conditions). Si le retrait est partiel, votre contrat n’est pas clôturée, contrairement à ce qui se passe sur certains autres placements en cas de retraits précoce (le PEA, par exemple). Le contrat continue de fonctionner normalement et d’être rémunéré, sur la base des capitaux restants, et vous pouvez y effectuer de nouveaux versements.

Assurer ses vieux jours avec la rente viagère

Lorsque vous faites le choix de percevoir une rente viagère, vous renoncez à récupérer le capital précédemment investi sur votre contrat, et ce de manière irréversible. Dans ce cas, vous recevez les fonds épargnés sous forme de versements réguliers, en général jusqu’à la fin de votre vie (rente viagère), ou pour une durée déterminée (rente temporaire).

La plupart du temps, le choix entre une sortie en capital et en rente viagère intervient en fin de vie du contrat. Toutefois, soyez vigilent car certains assureurs exigent de se positionner dès la signature du contrat. Il est fort recommandé d’opter pour un contrat qui vous laisse la liberté de choisir au terme des 8 ans de contrat. De plus, en souscrivant l’option de "contre-assurance", vous avez la garantie, en cas de décès avant le début de la rente ou éventuellement au cours des toutes premières années de son versement, que le capital pourra être récupéré par le bénéficiaire indiqué au contrat.

Concernant la fiscalité, les gains produits par le capital que vous avez investi pendant la phase d’épargne ne sont pas imposables. C’est la rente que vous percevez qui est soumise à l’impôt sur le revenu sur une fraction de son montant, variable selon votre âge lors du premier versement. A noter : d’autres produits permettent une sortie en rente viagère tels que le PERP, le PEA ou les contrats retraite Madelin.

Le régime fiscal de l’Assurance Vie

Ce dispositif bénéficie encore d’une fiscalité privilégiée par rapport à d’autres produits d’épargne. Zoom sur les conditions d’imposition de vos retraits d’assurance vie :

  • Le capital investi récupéré par retrait ou rachat n’est pas imposable, sauf cas exceptionnel d’une sortie du contrat en rente viagère.
  • L’impôt à payer est limité sur les contrats de moins de 8 ans : le capital investi est disponible à tout moment, même quelques jours après avoir souscrit, et seuls les gains obtenus par votre capital sont fiscalisés. Dans le cas d’un retrait partiel, vous n’êtes imposable que sur les gains générés par la fraction de votre retrait. Ces gains sont soumis à l’impôt sur le revenu dès le premier euro, mais vous pouvez, cependant, opter pour le prélèvement libératoire lors du retrait. Ainsi, votre assureur vous prélèvera, en même temps que les prélèvements sociaux (CGS, CRDS...), 35% sur les gains générés pour un contrat de moins de 4 ans et 15% pour un contrat de 4 à 8 ans.
  • Les contrats de plus de 8 ans ne sont pas imposables : si vous êtes titulaire d’un contrat d’assurance vie de plus de 8 ans et que vous effectuez un retrait, vous n’êtes pas imposés sur vos gains tant que ceux-ci ne dépassent pas 4600 euros par an (9200 euros pour un couple). Seuls les gains dépassant ce montant sont à ajouter à votre déclaration d’impôt sur le revenu, ou alors vous pouvez également choisir le prévèlement libératoire. Dans ce cas, votre assureur vous prélèvera 7,5% en même temps que les prélèvements sociaux.
  • Cas exceptionnels : vous n’êtes pas imposé sur vos gains, quelle que soit la date à laquelle vous l’avez souscrite, si vous la clôturez en raison de l’un des évènements suivants, vous touchant ou touchant votre conjoint : licenciement, fin d’un contrat à durée déterminée, mise à la retraite anticipée, liquidation judiciaire, invalidité.
  • Succession : à sa souscription, vous pouvez désigner un ou plusieurs bénéficiaires sur votre contrat. A votre décès, votre ou vos bénéficiaires perçoivent la totalité des capitaux. L’assurance vie est l’un des placements les plus favorables en matière de transmission de patrimoine car elle bénéficie d’une exhonération de droits de succession, dans la limite de certains plafonds. Pour les montants investis avant vos 70 ans, vous transmettez 152 500 euros par bénéficiaire exonéré de fiscalité et ce, pour autant de bénéficiaires que vous voulez. Au-delà de 152 500 euros par bénéficiaire, les capitaux transmis sont soumis à une imposition forfaitaire. Son taux est fixé à 20 % entre 152 500 euros et 902 838 euros et à 25 % au-dessus de 902 838 euros. Le taux de 25 % sera porté à 31,25 % et le seuil de 902 838 euros abaissé à 700 000 euros, pour les décès intervenus à compter du 1er juillet 2014. Taux d’imposition auquel il faut ajouter, dans tous les cas, 15,5% de prélèvements sociaux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, a des fins de mesure d'audience et d'amélioration de la qualité du service, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.